Navigate / search

Les artistes et producteurs indépendants font briller les Victoires 2018

Avec dix récompenses obtenues sur les douze catégories en compétition, les artistes produits par les labels indépendants ont représenté 80% du palmarès des Victoires 2018.*

C’est la 1ère fois que les albums ou spectacles défendus par des producteurs indépendants atteignent un score aussi considérable.

Vendredi dernier, un coup de projecteur a été donné sur une nouvelle génération d’artistes, et d’autres ont vu de nouveau leur talent confirmé. Le public a été au rendez-vous avec une part d’audience en progression sur l’année précédente : 16,2% VS 13,2% en 2017, avec 2,82 millions de téléspectateurs ayant regardé l’émission.

Derrière, c’est le travail essentiel joué par les labels indépendants dans la découverte et le développement d’artistes qui a été récompensé.

C’est un signal fort envoyé à la fois par les professionnels et le public, qui constitue un motif d’encouragement pour tous les labels indépendants à continuer d’œuvrer en faveur de la création et de la diversité musicales.

C’est l’occasion de rappeler que les projets des artistes « nouveaux talents » en compétition cette année, ont bénéficié d’un soutien unique en Europe, le Crédit d’Impôt à la Production Phonographique, qui a joué un rôle essentiel dans le redémarrage de toute la production musicale en France.

La SPPF est également fière d’avoir accompagné, au travers de ses aides, la réalisation des dix projets artistiques récompensés.

 

*Palmarès :

Artiste masculin : Orelsan (Wagram Music)

Artiste féminine : Charlotte Gainsbourg (Because Music)

Révélation Scène : Gael Faye (All Points France)

Album de chansons : Géopoétique / MC Solaar (Osmose Inverse – Playtwo)

Album Rock : The Evol / Shaka Ponk (Tôt ou Tard)

Musiques Urbaines : La fête est finie / Orelsan (Wagram Music),

Album de musiques du monde : Lamolali / -M-, Toumani Diabaté, Sidiki Diabaté, Fatoumata Diawara  (LaboM/Wagram Music)

Album Danse Electro : Temperance / Dominique Dalcan (Pias)

Spectacle musical, tournée ou concert : Tournée / Camille (Because Music),

Création audiovisuelle : Basique / Orelsan (Wagram Music) (Réalisateurs : Greg et Lio)

 

SPPF : Valérie THIEULENT

UPFI : Jérôme ROGER

Télécharger:

  1. 20180212_CP SPPF UPFI - (297 KB / pdf )

Victoires de la Musique Variétés : la production indépendante est à l’honneur

La liste des artistes nommés pour les 33e Victoires de la Musique témoigne de la montée en puissance de la production phonographique indépendante, de sa vitalité et de sa diversité. Jamais autant d’artistes produits par des labels indépendants n’ont cumulé autant de nominations, à commencer par Orelsan, nommé dans trois catégories :

Artiste masculin : Orelsan (Wagram Music)

Artiste féminine : Charlotte Gainsbourg, Catherine Ringer (Because Music)

Album Révélation : Présence / Petit Biscuit (Believe)

Révélation Scène : Gaël Faye (ACBM), Fishbach (Disques Entreprise)

Album de chansons : L’un de nous / Albin de la Simone (Tôt ou Tard)

Album Rock : The Evol / Shaka Ponk (Tôt ou Tard)

Album Danse Electro : Temperance / Dominique Dalcan (Pias)

Musiques Urbaines : La fête est finie / Orelsan (Wagram Music), Flip / Lomepal (Grand Music Management)

Album de musiques du monde : La Confusion / Amadou et Mariam (Because Music), Lamolali / -M-, Toumani Diabaté, Sidiki Diabaté, Fatoumata Diawara  (LaboM/Wagram Music), Mogoya / Oumou Sangare (No Format !)

Spectacle musical, tournée ou concert : Tournée / Camille (Because Music), Depardieu chante Barbara / Gérard Depardieu (Because Music)

Création audiovisuelle : Basique / Orelsan (Wagram Music), Territory / The Blaze (Animal 63/Believe)

L’UPFI et la SPPF souhaitent de nombreuses victoires à ces artistes et à leurs projets musicaux.

Télécharger:

  1. 20180110_CP SPPF_UPFI - (390 KB / pdf )

International MIDEM Awards 2017 : une récompense attribuée à Emmanuel de BURETEL pour son parcours de producteur de musique au service des artistes de la musique

La récompense attribuée par le MIDEM à Emmanuel de BURETEL au titre de sa carrière professionnelle illustre l’importance pour l’industrie musicale et le monde artistique de disposer d’entreprises créatives. Lire la suite

Télécharger:

  1. 20170612_CP SPPF_UPFI - (285 KB / pdf )

L’UPFI se prononce en faveur d’un changement du mode de répartition des revenus sur le streaming et d’un soutien fort des pouvoirs publics pour favoriser le pluralisme des acteurs de la musique

Dans un livre blanc intitulé « Musique : renforcer la puissance et la diversité de la production indépendante », l’UPFI aborde les enjeux économiques, culturels et sociétaux de la musique enregistrée. 7 enjeux et 12 mesures constituent la priorité des producteurs indépendants. Lire la suite

Télécharger:

  1. 20170529_CP UPFI - (413 KB / pdf )

Mission confiée par le CNC à Vincent FREREBEAU sur le financement des vidéomusiques : l’UPFI salue l’esprit d’ouverture du CNC et appelle de ses vœux un programme ambitieux pour la « musique en images »

C’est avec beaucoup de satisfaction que l’UPFI a pris connaissance de la mission que le CNC a confiée à Vincent FREREBEAU, visant à formuler « des propositions permettant à cet établissement de mieux soutenir la production de ce type d’œuvres ».

Alors que la musique en images n’a jamais été aussi présente grâce à l’importance prise par les sites communautaires et les réseaux sociaux, et au moment où le Parlement doit examiner le projet d’une taxe sur la publicité des vidéos en ligne, dite « Taxe YouTube », qui pourrait générer 70 millions d’euros de recettes, cette initiative s’inscrit dans un bon momentum.

L’UPFI attend de cette mission qu’elle débouche sur une réforme en profondeur des aides du CNC en faveur de la création et de la production d’œuvres audiovisuelles musicales, ce qui entre dans la vocation de cet établissement.

Télécharger:

  1. 20161019_CP-UPFI - (488 KB / pdf )

« Taxe YouTube » : une excellente initiative mais nous – producteurs de musique – ne concevrions pas d’être privés d’une partie du produit de cette taxe.

L’UPFI a pris connaissance de l’amendement déposé par les députés socialistes Karine BERGER, Bruno LE ROUX et Pierre-Alain MUET sur la création d’une taxe fiscale sur la publicité des vidéos en ligne à hauteur de 2%. Le produit de cette taxe viendrait abonder le CNC à hauteur de 70 millions d’euros, rendement attendu de cette taxe.

Les producteurs phonographiques sont très surpris que le futur produit de cette taxe vienne abonder exclusivement les caisses du CNC. Or, le seul visionnage des contenus vidéomusicaux sur YouTube représente 13% de la totalité des vidéos, et ces derniers constituent le 1er type de contenus consommés (source : étude Hadopi – 2013). Les clips sont les contenus vidéo les plus fréquemment regardés par les internautes : 40 000 vues / jour en moyenne, suivis de très loin par les films (10 000 vues / jour). Parmi le Top 10 des vidéos les plus vues sur YouTube, 9 sont des clips. En 2015, YouTube représentait 65% des écoutes de titres en stream, mais seulement 10% des revenus globaux générés par le stream. Enfin, les vidéos amateurs (UGC) représentent 22% des contenus sur YouTube et on sait que la musique est présente sur nombre de ces UGC.

C’est pourquoi ils ne concevraient pas un instant que le secteur musical soit privé de toute possibilité d’avoir accès au produit de cette taxe.

L’UPFI rappelle également que l’ensemble des aides bénéficiant au secteur de la musique (musique enregistrée et spectacle vivant) représente 7% de l’ensemble des revenus concernés alors qu’elles représentent 52% des revenus du cinéma.

Alors que le secteur musical constitue la 2e industrie culturelle en France et que nos artistes rayonnent plus que jamais à l’international, il serait incompréhensible et inéquitable que la représentation parlementaire et le Ministère de la Culture ne tiennent pas compte de cette réalité.

Télécharger:

  1. 20161013_CP UPFI - (489 KB / pdf )

La modulation des quotas radios : une piste intéressante pour assurer une meilleure diversité des producteurs phonographiques au sein de la programmation musicale

L’UPFI fait part de son intérêt sur une mesure permettant aux radios de moduler, au cas par cas, leurs obligations, à la condition que celle-ci soit accompagnée d’un engagement fort sur la diversité des producteurs de phonogrammes Lire la suite

Télécharger:

  1. 20160408_CP UPFI - (400 KB / pdf )