Bilan Radio 2010 : L’UPFI s’inquiète de l’absence de diversité musicale

Bilan Radio 2010 : L’UPFI s’inquiète de l’absence de diversité musicale

LES PRODUCTEURS INDEPENDANTS EN APPELLENT AU MINISTERE DE LA CULTURE POUR PRENDRE LES DISPOSITIONS LEGISLATIVES PROPRES A RENVERSER UNE TENDANCE LOURDE

Alors que la radio traditionnelle continue d’être le support privilégié d’écoute de la musique, l’UPFI déplore le manque de diversité musicale sur les principales radios privées.

L’augmentation, en 2010, du nombre d’artistes et de titres différents programmés en radio* (85 000 titres, + 15 % vs 2009) ne doit pas masquer un constat très inquiétant :

– La progression a profité essentiellement aux titres golds et aux découvertes d’albums ou de singles joués moins de 3 fois. Le nombre de nouveautés ayant bénéficié de plus de 3 rotations sur l’année a chuté de 34 %

– Le nombre des nouvelles entrées en play-list a suivi cette même tendance (- de 2 700 nouveautés programmées, 10 % de moins qu’en 2009)

– Pour les 100 titres les plus diffusés, 30 seulement ont été interprétés en français et ce chiffre tombe à 23 en y retirant les duos franco-anglais, le plus souvent produits sous la pression des radios. Du jamais vu depuis 1994 ! Le nombre de nouveaux talents francophones classés dans le Top 100 s’est également effondré (18 titres contre 25 l’an passé, 27 en 2008 et 31 en 2007)

– La part du Top 40 dans les réseaux musicaux continue d’occuper la majeure partie de la programmation musicale.

 

Face à cette situation, l’UPFI en appelle au Ministère de la Culture afin qu’il procède à un bilan de l’application des quotas radios et qu’il prenne les dispositions législatives et réglementaires nécessaires pour renverser cette tendance lourde. En effet, l’on assiste, depuis plusieurs années, à un dévoiement des quotas de la part des radios et à une impuissance de la part du CSA à faire respecter les obligations de diversité en matière de programmation musicale qui figurent pourtant dans la loi.

Dans un souci de transparence, les producteurs indépendants souhaitent également que soient dorénavant affichées les coproductions et les co-exploitations de titres programmés en radio et à la télévision dans le cadre de l’Observatoire de la Diversité Musicale dans les médias.

 

Par ailleurs, l’UPFI souhaite que la modification du contrat d’objectifs et de moyens entre France Télévisions et l’Etat conduise à une amélioration tant qualitative que quantitative de la place de la musique et des variétés sur les antennes du service public de la télévision.

 

* Bilan radio 2010 : Source Yacast / SNEP 

 

 

Contact :

Jérôme Roger – Directeur Général

Tel : 01 53 77 66 40

Télécharger :